Chutes du Niagara
Ci-dessus
Chutes du Niagara

Il y a environ un an, lors d’un week-end entre amis, nous parlions du Canada. Maxime et Claire revenaient d’une année passée à Vancouver durant laquelle ils avaient exploré l’Ouest canadien tout en travaillant. Elsa, ma femme, en profi tait pour évoquer ses deux années d’études à Montréal. J’étais le seul à n’avoir jamais mis les pieds sur le sol canadien. L’idée de nous rendre tous les quatre dans l’Est canadien pour partir à la chasse aux couleurs chatoyantes durant l’été indien a alors très vite germé.                                                                                                                                                                 

UN ITINÉRAIRE CLÉ EN MAI

Difficile d’organiser un tel road trip à distance, Maxime et Claire vivant à Lyon, et nous à Bordeaux. Nous nous sommes donc tournés vers Premier Voyages pour nous aider à planifier ce périple. Notre assistante personnelle, Adeline, nous a ainsi évité des heures à tergiverser sur le choix des hôtels et des étapes. Résultat : nous avons reçu dans notre boîte mail un itinéraire sur mesure, des conseils et de bonnes adresses pour combler nos papilles.                                                                                                                                                                   

LA BEAUTÉ RENVERSANTE DES CHUTES DU NIAGARA

Première étape : les célèbres chutes du Niagara. Un bateau nous emmène au « pied » du Fer à Cheval. Nous nous sentons tout petits et légèrement abasourdis par le grondement sourd des chutes. La brume qui s’envole dans les airs crée un arc-en-ciel magnifique. Nous ne payons pas de mine avec nos ponchos trempés, mais nous sommes aux anges. La visite se poursuit par une balade sur le Rainbow Bridge et le « Journey Behind the Falls ». En soirée, le spectacle continue avec les illuminations colorées sur les chutes !                                                                                                                                                                 

TORONTO ET LES MILLE-ÎLES

Une journée pour visiter Toronto, c’est court, trop court. Notre programme est très intense : grimper en haut de la CN Tower pour admirer la skyline, nous cultiver au Royal Ontario Museum, admirer les façades de Street Art de Graffiti Alley et chiner à Kensington Market, avant de terminer notre journée à Distillery District, dans un restaurant trendy. En nous dirigeant vers Ottawa, nous nous arrêtons à Kingston pour admirer ses maisons victoriennes à « tomber par terre ». On y découvre le célèbre canal Rideau qui rejoint Ottawa et sur lequel les Canadiens adorent patiner en hiver. Notre assistante personnelle voyage nous avait suggéré une croisière dans les Mille-Îles depuis Gananoque. Rien que pour le plaisir des yeux, cela en vaut la peine. Au coeur des méandres du fleuve Saint-Laurent, nous croisons des îlots parfois habités. Sur certains, une maison ou un mini-château forment un vrai décor de cinéma flottant au milieu d’une douce quiétude, uniquement perturbée par les pépiements des oiseaux.                                                                                                                                                         
EXPLORATION URBAINE A MONTRÉAL

Durant deux jours, Montréal nous séduit avec ses maisons victoriennes colorées et ses escaliers extérieurs. Notre hôte nous explique où « parquer notre char » et où manger la meilleure poutine, avant de nous proposer un « breuvage » avec un accent adorable. Du Plateau au Vieux-Montréal, en passant par la Petite-Italie, le Mile-End et le mont Royal, la ville ne cesse de nous surprendre. Au détour d’une rue, nous croisons les peintures murales que l’on retrouve un peu partout. Adeline nous avait conseillé d’ouvrir les yeux. Montréal accueille chaque année le festival « Mural », Page de droite — Chutes du Niagara. — Skyline de Toronto avec la CN Tower sur le lac. durant lequel des artistes du monde entier refont une beauté aux façades. Elsa s’extasie sur tout ce qu’elle voit ! Maxime dégaine son appareil photo tous les 100 m. J’avoue, moi aussi, je suis « en amour » avec Montréal. 

canada patchwork 1
Ci-dessus
— Panorama de Montréal — Parc national de la Mauricie — Village historique de Val-Jalbert — Zoo sauvage de Saint-Félicien.
 
L’ÉTÉ INDIEN AU PARC NATIONAL DE LA MAURICIE


Si, à Montréal, les couleurs de l’automne jouaient aux timides, le parc national de la Mauricie nous offre une explosion de teintes chatoyantes. C’est donc par une belle journée de septembre que nous nous enfonçons dans la forêt en croisant rivières et petits lacs. Nous marchons sur un tapis de feuilles colorées. Maxime nous fait poser allongés dans les feuilles. Je crée ensuite une « pluie de feuilles » sur Elsa et Claire qui jouent les étonnées. Bref, nous nous offrons une séance photo mémorable sur un fond de teintes rouge, orange et jaune (et rythmée par quelques fous rires).                                                                                                                                                                

AU TOUR DU LAC SAINT-JEAN

En arrivant aux abords du lac Saint-Jean, nous découvrons notre « cabane au Canada ». Notre hôtel est composé de plusieurs chalets en rondins de bois qui forment de vrais nids douillets. C’est un peu comme réaliser un rêve de gosse ! Première visite autour du lac Saint-Jean : le village historique de Val-Jalbert où le temps semble s’être arrêté dans les années vingt. Ce musée à ciel ouvert est en réalité un ancien village industriel authentique. Nous partons à pied explorer la ville, appareil photo en main. Sur le parcours, plusieurs animations théâtrales mettent en scène des personnages qui nous permettent de comprendre les conditions de vie de cette époque. Nous avons pu assister à une classe avec des enfants, et même parler au maire ! À Mashteuiatsh, autre décor. Ici, nous découvrons le savoirfaire et la culture des Amérindiens Uashassihtsh, la seule communauté ethnique du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Notre seconde journée au lac Saint-Jean est consacrée à la visite du zoo sauvage de Saint-Félicien. Les animaux, principalement originaires du Canada, vivent en totale liberté dans un espace de 300 ha. Au programme : orignaux, caribous, wapitis, boeufs musqués, ours noirs et j’en passe. Nous nous baladons tranquillement dans un petit train grillagé. Pour une fois que ce sont les hommes qui sont en cage et non les animaux ! Notre exploration des alentours du lac Saint-Jean se termine par une belle randonnée dans le parc national de la Pointe-Taillon où nous profitons d’une sieste sur la plage, au bord du lac. Pur moment de bonheur !                                                                                                                                                

RENCONTRE AVEC LES BALEINES DE TADOUSSAC

La route du fjord qui mène à Tadoussac par la rive nord est remarquable. Entre les eaux d’un bleu profond et les couleurs orangées des arbres, nous sommes hypnotisés par le fjord du Saguenay ! Nous faisons plusieurs pauses pour nous dégourdir les jambes et contempler l’oeuvre de la nature. Il fait presque nuit lorsque nous arrivons à Tadoussac. Le lendemain, nous avons rendez-vous avec les baleines. Pour cette croisière, Adeline nous avait vivement conseillé d’opter pour un zodiac. Septembre étant l’un des mois les plus favorables pour voir les cétacés à Tadoussac, nous — 56 — Ci-dessus — Panorama de Montréal — Parc national de la Mauricie — Village historique de Val-Jalbert — Zoo sauvage de Saint-Félicien. avons toutes les chances d’en apercevoir. Et bingo ! nous observons des rorquals, une baleine à bosse qui nous fait un petit saut sensationnel, une baleine bleue, des marsouins et des bélugas. Qui dit mieux ?

Canadapatchwork2
Ci-dessus
— Tadoussac — Baleine bleue — Rocher-Percé, Gaspésie — Nouveau-Brunswick — Vue aérienne de l'hôtel Château Frontenac et du Vieux-Port, Québec.


EN ROUTE POUR LE "BOUT DU MONDE" 

Nichée au nord du Québec, la Gaspésie a un air de « bout du monde ». C’est à l’unanimité le gros coup de coeur de notre voyage ! La route panoramique 132 nous offre une succession de paysages d’un camaïeu flamboyant. Chaque étape est un enchantement oculaire. De mignonnes villes telles que Sainte-Anne-des-Monts et Gaspé jalonnent notre chemin. Nous tombons sous le charme de la réserve faunique des Chic-Chocs et du parc national Forillon. Lorsque nous arrivons au Rocher-Percé, le soleil commence à se coucher à l’horizon. Les rayons s’infiltrent dans le trou du rocher, tandis que le ciel nous offre petit à petit sa plus belle palette de roses. La soirée se termine par un succulent homard et des crevettes de Matane, les spécialités locales.                                                                                                                                                             

MIETTES DU NOUVEAU-BRUNSWICK

Avant de repartir vers la ville de Québec, nous faisons un détour par Caraquet, petite ville du Nouveau-Brunswick. Nous sommes en Acadie, un territoire authentique qui tente tant bien que mal de préserver ses traditions et sa culture française au milieu des anglophones. Les Acadiens sont d’ailleurs ravis de voir des Français et de pouvoir « jaser » avec nous. Nous profitons de notre séjour pour explorer l’île de Lamèque et l’île de Miscou où nous découvrons une plage de sable rose et les tourbières. C’est si bon de respirer l’air marin et d’avoir ce sentiment de liberté ! Pour finir, nous décidons faire une halte dans le village historique acadien de Caraquet. Des interprètes en costumes d’époque font revivre les coutumes ancestrales et les métiers traditionnels, nous offrant un mémorable voyage dans le temps.                                                                                                                                                             

DÉCOUVERTE DE QUÉBEC
 
Comment ne pas être séduit par le Vieux-Québec ? Entre maisons anciennes en pierre, ruelles pavées, petites boutiques d’artisans et de souvenirs, nous sommes conquis ! Durant deux jours, nous ne chômons pas. Nous arpentons les rues de la vieille ville, faisons un tour au parc de l’Artillerie, avant de terminer au sublime château Frontenac pour prendre un café. Elsa et Claire passent une matinée au musée de la Civilisation tandis que Maxime et moi préférons celui de l’Amérique française. Sur les conseils d’Adeline, nous en profitons pour faire un crochet à la chute de Montmorency qui est moins impressionnante que les chutes du Niagara, mais plus haute !                                                                                                                                                               

FIN DU RÊVE

Le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick nous ont inondés de paysages à couper le souffle et de couleurs chatoyantes. Chaque rencontre a été un réel moment de partage. Encore merci à notre assistante voyage personnelle pour ses bons conseils. Et à bientôt pour un nouveau voyage, c’est certain !